On a encore tué Lucky Luke

©DR

Dans un hommage au héros solitaire créé par Morris, le dessinateur allemand Mawil joue la carte de l’humour à fond. Et il ne déraille pas.

Décidemment, les écolos sont partout. Comment interpréter autrement ce nouvel hommage à Morris où Lucky Luke se retrouve à pédaler dans l’Ouest comme un dératé? Bon, passons sur les sombres motivations du dessinateur allemand Mawil qui nous concocte un cow-boy qui déraille plus vite que son ombre , mais pour la bonne cause. C’est une fois de plus jouant le bon samaritain que notre héros se retrouve  en effet sur une selle de vélo, pédalant comme un fou pour aider l’inventeur Albert Obermann à mener sa création à bon port jusqu'à San Francisco. Sur sa route évidemment des bandits sans scrupule, des ploucs bornés et des Indiens méfiants qui n'auront de cesse de lui mettre des bâtons dans les roues. Et Jolly Jumper? Il rumine et engraisse dans son coin. 

Bon, avouons-le, le dessin de Mawil a de quoi surprendre au premier regard. Mais justement, il vaut la peine de se laisser surprendre. L’humour de l’auteur fait mouche à plus d’une reprise et on finit par être séduit par cet album.

J.-M.R.

Lucky Luke se recycle, Editions Lucky Comics

 

 

0 Commentaire

Pour commenter