DMLA: ils retrouvent la vue grâce à des cellules souches

Douglas Waters est l'un des deux patients qui a retrouvé la vue grâce à l'implantation de cellules souches, réalisée par le Prof Lyndon da Cruz. Le patient se réjouit de pouvoir à nouveau jardiner avec sa femme Freda (de g. à dr.). © Moorfields Eye Hospital

Grâce à l'implantation d'un patch de cellules souches, deux personnes âgées atteintes de dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) à un stade avancé ont retrouvé la vue, annonce une équipe de chercheurs britanniques et américains. Un espoir pour les nombreuses personnes souffrant de la maladie, touchant surtout les plus de 50 ans. 

C'est une équipe de chercheurs britanniques faisant partie du London Project to Cure Blindness (Projet londonien pour guérir la cécité) qui a réussi à restaurer la vision de deux personnes âgées atteintes de dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) à un stade avancé. Cela grâce à des cellules souches, selon une étude publiée dans la revue Nature Biotechnology.

 

Les chercheurs, le Professeur Pete Coffey de l'University College London et le Professor Lyndon da Cruz, chirugien de la rétine au Moorfields Eye Hospital NHS Foundation Trust,  soutenus par deux autres organismes spécialisés en santé et ophtalmologie, et dont les travaux sont financés par un organisme de charité, Moorfields Eye Charity, ont utilisé des cellules souches embryonnaires. Ils les ont transformées en cellules de l'épithélium pigmentaire rétinien, une couche de cellules qui a pour fonction de nourrir la rétine. Ils ont ensuite placé ces cellules sur un patch qu'ils ont inséré sous la rétine pour remplacer les cellules atteintes.

 

Deux patients volontaires

L'opération a été effectuée sur deux  volontaires, un octogénaire et une sexagénaire britanniques malvoyants.  Leur rétablissement a été spectaculaire, a expliqué dans un communiqué le 18 mars dernier l'hôpital de Moorfields à Londres. "Les patients ont été suivi pendant 12 mois et ont fait état d'une amélioration de leur vision. Ils sont passés de l'incapacité à lire même avec des lunettes, à une capacité à lire 60 à 80 mots par minute avec des lunettes de lecture ordinaires", a précisé l'hôpital.

 

Patient heureux

L'un des patients, Douglas Waters, 86 ans de Croydon (Londres) était l'un des deux patients. Il a développé une DMLA sévère en juillet 2015 et reçu le traitement trois mois plus tard dans l'œil droit. Il raconte que "dans les mois avant l'opération ma vision était vraiment pauvre et je ne pouvais rien voir avec mon œil droit. Je devais faire de gros efforts pour voir les choses clairement, même de près. Après l'intervention, ma vue s'est améliorée au point que je peux maintenant lire le journal et aider ma femme au jardin. Ce que l'équipe a réalisé est brillant et je me sens si heureux qu'on m'ait redonné ma vue."

 

DMLA fréquente dès 50 ans

La DMLA est l'une des causes les plus fréquentes de perte de la vision chez les plus de 50 ans. Cette dégénerescence est due à l'apparition anormale de vaisseaux sanguins qui font couler dans l'œil des fluides, lesquels endommagent l'épithélium pigmentaire rétinien, une couche de cellules de l'oeil qui a pour fonction de nourrir la rétine. Ces dégâts sur la rétine tuent les cellules photosensibles en cas de DMLA dite "humide", dont étaient atteints les deux patients. Elle trouble la vision ou provoque un angle mort dans le champ visuel. C'est la forme la plus rare de la DMLA, la plus fréquente (80% des cas) étant la forme  "atrophique" ou "sèche", due à une perturbation du métabolisme cellulaire qui entraîne progressivement une dégénérescence des cellules rétiniennes. 

 

Résultats encourageants et risques

 "Même si on en est toujours à la phase expérimentale", ce sont "des résultats encourageants", a commenté un chercheur en cellules souches, Dusko Ilic, du King's College de Londres, cité par Science Media Centre. Ces cellules souches, avec leur capacité à proliférer et à se renouveler, et pour certaines à donner naissance à n'importe quelle cellule du corps, promettent des avancées spectaculaires à la médecine régénérative.

 

Cependant, les cellules souches comportent aussi un risque de cancer, notent les auteurs dans l'article. Et de préciser que: "L'œil est intéressant pour étudier la thérapie cellulaire" basée sur les cellules souches, car elle est "accessible et confinée" et peut facilement être surveillée pour enlever ou détruire les cellules en cas de souci.

 

Traitement disponible dans quelques années

Comme on peut le lire sur le site du London Project to Cure Blindness, la recherche, également en matière de traitement de la forme sèche de la DMLA, en est toujours à un stade précoce et cela pourrait prendre quelques années encore avant que le traitement soit disponible pour tous. 

Comm. /EW

Sources: Science & Avenir (21.03.18), Morefields eye hospital 


A lire aussi:

Un retraité atteint de DMLA recouvre la vue grâce à un oeil électronique

Quand les lignes droites deviennent courbes

Des ergothérapeutes rien que pour vos yeux

0 Commentaire

Pour commenter