Assistance et soins bien trop chers pour nos retraités

© iStock

Les frais d'assistance coûtent cher, voire très cher, selon les cantons. Les retraités n'arrivent pas toujours à s'en acquitter avec leurs seules rentes. Ils doivent dès lors faire recours à des aides ou le plus souvent piocher dans leurs propres économies.

Neuf fondations apportant aide et soutien aux personnes âgées se sont réunies pour commander une étude à la Haute école spécialisée de la Suisse du Nord-Ouest. Cette étude est unique en son genre, car elle se focalise pour une fois uniquement sur les ménages des retraités.

 

But de l’étude

Le modèle d’aide sociale actuellement en place a presque 70 ans et répondait aux besoins d’une population dont les conditions de vieillissement étaient tout autres. Mais est-il toujours d’actualité pour les enjeux à venir ? Cette étude aidera les fondations à déterminer si notre système social actuel est paré pour l’avenir. A l’aide de chiffres réalistes, l’étude étudie dans tous les chefs-lieux et cantons du pays comment les modifications de la santé qui accompagnent le vieillissement pèsent sur le budget individuel. Et les résultats ne se font pas attendre !  Les coûts d’assistance et de soins à la charge des particuliers pèsent lourd voire très lourd sur le budget de la classe moyenne.

 

Les ménages retraités doivent beaucoup payer de leur poche

Premier constat, les dépenses d’assistance sont un poste important dans le budget des retraités. Elles pèsent bien plus lourd que les frais de soins qui sont pris en charge par nos caisses-maladies. Or, les frais d’assistance, sont la plupart du temps à la charge du retraité et leurs coûts varient énormément selon son lieu de domicile.

Pour exemple, à Berne, une personne seule disposant d'une fortune et d'un revenu moyens devra débourser 23'000 francs pour une aide à domicile. A Lucerne, les coût s’élèvent à environ 14'000.-. Le chef-lieu romand le plus cher est Genève, suivi de Neuchâtel puis Delémont. A ce niveau, il fait vraisemblablement bon vivre à Fribourg où les frais d'assistance ne s'élèvent qu'à 2'200 francs. C'est le montant le moins élevé de Suisse.

Pour les personnes vivant en EMS, la situation n’est pas meilleure. Les revenus d’une rente ne suffisent souvent pas à couvrir les frais. Mais avant de pouvoir prétendre à une aide octroyée par l’État, les personnes sont tenues de piocher dans leurs économies ou leur fortune. Les personnes ayant un très bas revenu peuvent quant à elles bénéficier de prestations complémentaires. Leur participation personnelle est ainsi réduite à zéro dans quasiment tout le pays.
 

Le soutien précieux des fondations
Par ces résultats, les 9 fondations mandantes souhaitent apporter de nouveaux éléments afin d’enrichir le débat sur les changements sociétaux et les mesures à prendre en compte pour adapter au mieux notre système d’aide et de soutien aux personnes âgées. Grâce à l’étude, on dispose désormais d’un modèle de simulation qui permet de comprendre et d’évaluer les répercussions des modifications des systèmes.

 

K.L.

 

0 Commentaire

Pour commenter