Alzheimer: plus de risques pour les petits dormeurs

©Istock

Passer moins de six heures par nuit dans les bras de Morphée augmenterait de 20 % à 40 % le risque de démence et de troubles cognitifs chez les personnes de 50 à 60 ans, affirme une étude de l’Inserm (Institut national français de la santé et de la recherche médicale). Ce n’est pas la première fois que les scientifiques s’intéressent aux troubles du sommeil pour comprendre le lien avec la maladie d’Alzheimer. Tout simplement parce que ceux-ci ont effectivement un impact délétère sur notre cerveau. Par exemple, l’apnée du sommeil aurait, pour conséquence, l’accumulation de protéine bêta-amyloïde dans le cerveau. Or, c’est cette même protéine qui s’accumule sous forme de plaques dans la maladie d’Alzheimer.

 

A lire aussiAlzheimer: je ne t’oublie pas grand-maman

 

 

 

0 Commentaire

Pour commenter