26 novembre 1989 : Un vent de panique a soufflé sur l’armée suisse

© iStock

Il y a 30 ans jour pour jour, l’armée suisse a vu son image égratignée et sa confiance ébranlée. 35% de la population a voté OUI à l’initiative populaire voulant la supprimer.

Le 26 novembre 1989, la population a soufflé un vent de panique sur le Palais fédéral. 35% de la population avait voté OUI à l’initiative populaire qui voulait supprimer l’armée.
Le très bon score a représenté un véritable coup de tonnerre. Descendue subitement de son pied d’estale, l’armée s’est affaiblie au profit du service civile qui est devenu une vraie alternative au service militaire. Même si l’initiative n’a pas passé, elle a entraîné une remise en question en profondeur du rôle de l’armée.
Aujourd’hui, 30 ans plus tard, cette évolution est palpable. On ne compte plus que 140'000 individus dans les rangs contre 625'000 en 1989. Le personnel du Département fédéral de la défense ainsi que le budget ont fondu comme neige au soleil. En 1989, 5,5 milliards (7,6 milliards en valeur aujourd’hui) lui étaient alloués contre « seulement » 4,8 milliards aujourd’hui a précisé le porte-parole Daniel Reist à nos confrères de Keystone.
Mais le combat antimilitariste reste d’actualité pour le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA). Elle n’a plus le même poids qu’en 1989, c’est indéniable. Mais chaque année, cette institution englouti encore bien trop de millions à leur goût. Le récent vote du Parlement pour les avions de combat est un rappel piquant!

 

K.L.

0 Commentaire

Pour commenter