Géorgie & Arménie - Les Perles du Caucase

Du 25 septembre au 07 octobre 2021
Durée: 13 jours
Prix: dès CHF 2875.-
Prix abonné: dès CHF 2775.-
  • Image de Géorgie & Arménie - Les Perles du Caucase
  • Image de Géorgie & Arménie - Les Perles du Caucase
  • Image de Géorgie & Arménie - Les Perles du Caucase
  • Image de Géorgie & Arménie - Les Perles du Caucase

Géorgie: Vieilles églises nichées dans les hauteurs, tours de guet émaillant un sublime paysage de montagne, vertes vallées ponctuées de vignobles…la belle Géorgie a tous les atouts pour plaire ! Pour les habitants de ce pays, qui se prétend le berceau du vin, l’hospitalité est le maître mot. Son histoire complexe a donné à la Géorgie un superbe patrimoine architectural et artistique, qui va des grottes troglodytiques aux peintures inimitables de Niko Pirosmani. Tbilissi, la capitale, garde des airs d’antique carrefour eurasien. Le pays n’en lutte pas moins pour se faire sa place dans le monde occidental du XXIe siècle, comme en témoignent notamment ses rutilants buildings neufs, son taux de criminalité minime et quantité de nouvelles infrastructures destinées au tourisme, l’une des clés de son avenir…

Arménie: C’est à travers la foi chrétienne, à laquelle l’Arménie s’est convertie dès l’an 301, avant toute autre contrée, que l’identité et la culture arméniennes se sont épanouies. D’un bout à l’autre du pays, des monastères ont été édifiés, dont plusieurs sont classés au patrimoine mondial de l’Unesco. Vous découvrirez la riche histoire liée au pays, mais aussi l’hospitalité de ses habitants qui sont encore peu habitués à recevoir des touristes, tout en appréciant les hauts plateaux recouverts de montagnes, de forêts et d’alpages.

Le 25 septembre : Genève - Munich - Tbilissi

Bon à savoir Lufthansa Possibilité de faire votre check-in online 23h avant le départ surhttps://www.lufthansa.com/ch/fr/Enregistrement-en-ligne. Ceci vous permet de choisir votre siège à l’avance et d’imprimer votre carte d’embarquement chez vous. Une fois à l’aéroport, vous devrez uniquement passer au guichet Lufthansa « Bag drop counter» pour déposer vos bagages.

17:20 Heure d'arrivée conseillée à l'aéroport. Aéroport Genève-Cointrin (GVA) 19:20 Départ de Genève (vol LH 2389). Vol: Lufthansa, LH 2389 Classe: Economique. 20:30 Arrivée à Munich. 22:15 Départ de Munich. Vol: Lufthansa, LH 2558 Classe: Economique.

 

Le 26 septembre : Tbilissi

04:05 Arrivée à Tbilissi. Accueil par notre représentant local et transfert à votre hôtel. (veuillez-vous référer à la pancarte "Tourisme Pour Tous"). Chambre disponible dès votre arrivée et temps libre en matinée pour vous reposer du vol. En fin de matinée Départ à la découverte de la capitale géorgienne.

Tbilissi: Cette élégante et charmante capitale multi-ethnique est située au carrefour de l'Asie et de l'Europe, au centre de la Géorgie orientale. Blottie dans les contreforts de la chaîne de montagne Trialeti entre le Grand et le Petit Caucase, elle sis à l'endroit où les deux chaînes ne sont séparées que par l'étroite vallée du fleuve Koura. Des constructions typiques de l’Union Soviétique se mêlent aux bâtiments médiévaux, à l'avenue haussmannien de Roustaveli, le tout entrecoupé de constructions néoclassiques et du 21e siècle, comme le nouveau théâtre ou le pont de la Paix. Vous découvrez le charme particulier du Vieux Tbilissi, qui attire pléthore de voyageurs aujourd’hui. Blotties au coeur d'étroites ruelles, de charmantes maisons traditionnelles s'échelonnent, construites pour la plupart en pierre ou en briques, souvent à deux étages avec des balcons en bois.

Déjeuner en cours d'excursion. Puis montée à bord de la télécabine jusqu'à la forteresse de Narikala. Visite des églises de Metekhi avant de poursuivre vers les bains sulfureux, la mosquée chiite Juma et l’allée animée de Chardon, avec ses divers bars et cafés. Arrêt devant la cathédrale de Sioni, la basilique d’Anchiskhati et la tour de la fameuse cloche du théâtre Rezo Gabriadze. Pour terminer, vous découvrez les trésors du musée National. Soirée de spectacle de marionnettes chez une artiste locale. (ou le lendemain, suivant les horaires de l'artiste). Nuit à l’Hôtel Brim 4* ou similaire (3 nuits en demi-pension).

 

Le 27 septembre : Environs de Tbilissi (ENVIRON 300 KM)

Cap vers Sighnaghi, la "ville de l’amour".

Sighnaghi: Surplombant les vignobles et les collines de Kakhétie, face au Caucase enneigé, cette ancienne ville commerçante fortifiée fondée au 18e siècle par le roi Erekle. II est indéniablement une escale de charme. Son impressionnante muraille bien préservée d’une longueur de 4,5 km est le plus long ensemble architectural jamais recensé dans le pays. Construite en briques et en galets, elle est percée de 6 portes et comprend 23 tours. Elle servait de refuge pour les villageois environnants lors des nombreuses invasions. En 1770, Sighnaghi était essentiellement peuplée par des artisans et des marchands. Aujourd’hui, elle doit son essor économique à la fabrication de tapis traditionnels, à la production de vin et au Mtsvadi, un plat traditionnel géorgien. Mais elle est également surnommée la « ville de l’amour », en raison des nombreux couples qui s’y rendent pour se marier. En effet, elle est sans conteste la plus fascinante ville de la région de Kakheti, avec une atmosphère pittoresque et romantique qui rappelle les films italiens du passé. Vous découvrez les ruelles pavées ainsi que les belles demeures très colorées arborant de jolis balcons sculptés et des boiseries d'origine restaurées.

Déjeuner chez l'habitant, l'occasion de découvrir l'hospitalité géorgienne. Puis à Tsinandali, visite de la maison-musée d’Alexandre Chavchavadze, un grand poète du 19e siècle. Dégustation de vin local dans la maison-musée. Ensuite visite du monastère d'Alaverdi puis retour à Tbilissi. Bien que certaines parties du monastère remontent au 6e siècle, la cathédrale actuelle a été construite au 11e siècle par Kvirike III de Kakheti, en remplacement d'une église plus ancienne de St.-George.

 

Le 28 septembre : Environs de Tbilissi (ENVIRON 320 KM)

Départ matinal pour la ville de Stepantsminda.

Stepantsminda: Ce village de montagne est traversé par la Route Militaire géorgienne qui reliait, au XIXe siècle, Tbilissi et Vladikavkaz. L’origine de l’appellation du village «Stepantsminda» (qui signifie littéralement St-Stéphane) provient du moine orthodoxe Stéphan qui construisit un ermitage là où passera plus tard la Route Militaire de la Géorgie. L’arrivée des Russes en 1801 engendra des soulèvements à partir de 1804. Malheureusement, en raison de la loyauté d'un prénommé Gabriel Chopikashvili, qui sera promu officier de l’armée russe un peu plus tard, les géorgiens ne réussirent pas à repousser l’Empire russe à l’extérieur du royaume. Devenu ainsi le chef établi, il attribua à la cité, en 1925, le nom de son père « Kazbegi ». Ce n’est qu’après 2006 que la ville repris son appellation d’origine de Stepantsminda. Il est devenu aujourd'hui l’un des plus beaux villages du pays et une destination privilégiée pour les amateurs de nature. Ce village pittoresque est entouré de montagnes gigantesques, dont la plus grande est le Mont Kazbek (5047m) où, selon la légende, Prométhée fut enchaîné pour avoir contrarié les dieux grecs.

Vous embarquez ensuite à bord de 4x4 pour accéder l’église Guerguéti.

Guerguéti: La petite église de la Sainte-Trinité (Tsminda Saméba), appelée communément église de Guerguéti par les Géorgiens, a un emplacement inoubliable. C’est en quelque sorte un blason du Caucase géorgien, et par là même de tout le pays. Perchée sur un promontoire, dominant prodigieusement Stépantsminda et le défilé du Darial, elle semble faite pour être peinte. Du sommet de Guergheti s’ouvre une vue splendide sur la chaîne de montagnes du Grand Caucase, où la beauté féerique du mont Kazbek trônant en toile de fond ajoute une dimension majestueuse au décor. Tsminda Saméba est située à 2170 m d’altitude et date du XIVe siècle. A l’époque soviétique, il y avait un téléphérique qui y montait du village de Stepantsminda. Peut-être heureusement pour le cadre, il ne fonctionne plus de nos jours.

Déjeuner, puis vous rejoignez la forteresse médiévale d’Ananuri.

Ananuri: Situé dans un cadre splendide sur les rives de la rivière Aragvi, surplombant le barrage de Gombori (1620 m), ce château trône à 70 km de la capitale. Il était le siège du duché Eristavi de Aragvi, une dynastie féodale qui régnait dans la région depuis le 13e siècle. En raison de sa fonction stratégique, le fort fut le témoin de nombreuses batailles qui eurent lieu au cours des siècles (le complexe est composé en réalité de deux châteaux). En observant les façades gravées de son église principale, vous pourrez apprécier le travail des artisans de l'époque : croix, archanges, créatures fictives et arbres de vie, composant un exemple unique de l'architecture ecclésiastique géorgienne.

Retour à Tbilissi et cours de cuisine. Vous apprenez à préparer des "Khinkali", plat traditionnel.

 

Le 29 septembre : Tbilissi – Akhaltsikhe (ENVIRON 250 KM)

Route pour Mtskheta, ancienne capitale et centre religieux de la Géorgie.

Mtskheta: Située à seulement une vingtaine de kilomètres de la capitale, elle est l'une des plus vieilles villes de Géorgie. Vous y découvrez le monastère de Jvari (VIe siècle), surplombant la ville et offrant ainsi un superbe panorama. Mais le monument le plus célèbre de la cité est la cathédrale de Svetiskhoveli (XIe siècle), construite en l'an 1010 et considérée comme l'un des endroits le plus sacré de Géorgie. C'est en effet ici qu'est enfouie la tunique de Jésus Christ. Ces deux monuments sont par ailleurs classés au patrimoine de l'UNESCO.

Enfin, poursuite vers la cathédrale Samtavro. Celle-ci est également classée à l'UNESCO, et est dédiée à la Transfiguration du Saint Nino. Déjeuner avec dégustation du dessert typique « chouchkhela ». Puis route pour Uplistikhé et découverte de ce site fascinant.

Uplistikhé: Signifiant la « cité de Dieu », elle est l’une des plus anciennes villes troglodytes du Caucase, non loin de Gori. Le site abrita les premières populations humaines du Caucase avant de devenir une étape stratégique sur la fameuse Route de la Soie. Elle se développa progressivement sur les flancs d'une falaise, au début du premier millénaire avant J.-C. Pendant les invasions, elle servi de résidence aux rois de Kartlie. Durant la période médiévale, elle comptait 20 000 habitants, répartis dans plus de 700 grottes. Important jusqu’au Moyen-Âge, le site perdu progressivement son rôle et sa puissance au cours du Xe siècle, après le règne de David IV, qui libéra Tbilissi en 1122 et en fit la capitale du royaume. Les invasions mongoles du XIIIe siècle et les tremblements de terre affaiblirent sévèrement Uplistikhé. Elle devint un site de résidences secondaires pour les populations de la région, jusqu’au début du XXe siècle. Aujourd’hui devenu un musée à ciel ouvert, ce vaste complexe compte plusieurs sites archéologiques de l’âge de bronze. On y trouve des caves à vin (marani), des poêles géorgiens (thoné), le premier théâtre de Géorgie, dont il ne reste que la scène, le "hall royal" de la reine Tamar où subsistent deux colonnes antiques ainsi que les vestiges d'un temple du soleil de l’époque païenne. On y a aussi découvert une ancienne prison et une pharmacie, où les archéologues ont trouvé des herbes médicinales. Au sommet de la falaise se trouve l’église de l’Ouplistouli, une basilique à trois nefs creusées dans le rocher aux IXe-Xe siècles.

Vous mettez ensuite le cap vers Gori, ville natale du dictateur Staline. Vue extérieure de la maison où il vécu pendant son enfance, ainsi que son wagon. Enfin, route vers la région de Javakheti. Sur la route découverte du "monastère Vert", officiellement appelé monastère de Chitakhevi St-George. C’est un bijou caché au fond des bois, que vous découvrez au cours d'une randonnée facile d'environ 1h00 à 1h30 (suivant le temps à disposition). Arrivée en fin de journée dans la ville d’Akhaltsikhe, datant du 9e siècle. Nuit à l’Hôtel Gino Wellness 4* au château de Rabath ou similaire (1 nuit en demi-pension).

 

Le 30 septembre : Akhaltsikhe – Gumri (ENVIRON 160 KM - ARRIVÉE EN ARMÉNIE)

Aujourd'hui, vous découvrez tout d'abord l'étonnante cité de Vardzia.

Vardzia: À deux pas de la frontière arménienne, la magnifique cité troglodyte de Vardzia est nichée au fond des gorges de la rivière Kura dans une vallée pittoresque. Elle témoigne du patrimoine artistique et culturel géorgien du XIIe siècle. Elle est associée à la reine Tamar, qui fonda cet impressionnant complexe monastique durant son règne. Les fouilles entreprises à l’époque soviétique ont montré que la cité était habitée depuis l’Âge du Bronze. A l’origine, elle fut construite comme forteresse, dans le but d’être protégée des attaques des troupes turques. Plus tard, elle fut utilisée comme monastère et site religieux. Originellement, le complexe troglodyte de Vardzia était composé de 3000 unités résidentielles et près de 600 pièces furent creusées dans les murs en tuf escarpés. Il ne s’agissait pas simplement d’une série de pièces creusées dans les rochers mais d’un complexe à plusieurs étages avec des rues, des tunnels et des marches qui menaient aux temples, églises et chapelles, magasins, bains, bibliothèques, cuisine et salle à manger. La seule façon d’aller dans cette ville souterraine était donc via les tunnels bien cachés qui commençaient près de la rivière. Plus de 100 moines vécurent de manière permanente dans la forteresse monastique et des milliers de gens purent se cacher de l’ennemi durant les attaques. Vardzia n’était pas uniquement un monastère qui avait une fonction spirituelle, un siège royal ou une résidence, elle était aussi l’une des forteresses les plus importantes du pays – un immense quartier militaire avec une grande garnison qui protégea la frontière ouest géorgienne pendant des siècles. Une vue fantastique sur les pentes montagneuses alentours se dessine depuis le complexe. Par-dessus tout, Vardzia est un exemple unique de l’architecture troglodyte tout en présentant une importante richesse culturelle. Vous y découvrirez notamment une église sculptée dans la roche (célèbre pour ses fresques), une pharmacie et bien sûr des tunnels secrets.

Route en direction de la frontière avec l'Arménie et formalités douanières puis déjeuner chez l'habitant. Enfin, route pour la ville de Gumri. Petit tour d'orientation de la ville et visite d'un atelier de céramique (ou le lendemain suivant le temps à disposition). Puis installation à l’hôtel. Hôtel Villa Kars 3* ou similaire (1 nuit en demi-pension).

 

Le 1er octobre : Gumri – Dilijan (ENVIRON 180 KM)

Aujourd'hui, vous poursuivez en direction de Odzoun. Visite du site et arrêt et rencontre avec des habitants de la région, qui vous feront déguster leur production de miel bio accompagné de tisanes.

Odzoun: Sur un plateau verdoyant dominant le canyon du Débét, vous découvrez quelques maisons paysannes dominées par une antique basilique, qui aurait été construite au Vie siècle. Il s'agit d'un édifice tout en longueur, de grosses pierres ocre, dont la nef et le chevet sont parcourus d’une galerie à arcades. Le chevet est en outre orné de part et d’autre de lanternons pointus rajoutés au XIXe siècle. Le décor sculpté, qui a été altéré par le temps, est d’une grande sobriété, à l’extérieur comme à l’intérieur, où la coupole reposant sur quatre épais piliers et les hautes voûtes donnent une impression d’élévation. L'une des particularités de ce site est le monument funéraire, composé de deux stèles qui sont enchâssées dans des arcades reposant sur un socle à degré. Les donateurs de l’église seraient également représentés, aux côtés d’un personnage à tête de porc, ou de sanglier, qui pourrait être le roi Trdat III, qui fut métamorphosé en bête avant de se convertir au christianisme. Ce monument, ayant vraisemblablement vocation commémorative, date du VIIe siècle et porte encore l’influence gréco-romaine.

Départ pour le monastère-forteresse d’Akhtala qui date du Xe siècle, avant de rejoindre le village de Haghpat. Déjeuner en cours d'excursion.

Monastère d'Akhtala: Datant du Xe siècle, cette véritable forteresse joua un rôle majeur dans la protection des régions du nord-ouest de l'Arménie. Elle est une des mieux préservées du pays. L'église principale du complexe est renommée pour ses splendides fresques. Entre 1887 et 1889, 576 sépultures rectangulaires remontant au VIII avant J.-C. et contenant des objets en céramique, en bronze et en fer ont été mises à jour à proximité d’Akthala par l’archéologue et géologue français Jacques de Morgan. Quant à elle, la forteresse a probablement été érigée sur des fondations datant de l’âge du bronze et de l’âge du fer.

Haghpat: Visite de son monastère, construit au Xe siècle, ainsi que du pont médiéval datant du XIIe siècle. Niché dans un magnifique paysage, ce complexe monastique, remarquablement conservé, révèle l’organisation et la vie quotidienne d’un grand monastère médiéval. Il rassemble des églises, des chapelles, un réfectoire et une bibliothèque aux superbes salles voûtées. Le monument est classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Route en direction de Dilijan. Nuit à l’Hôtel Dilijan Paradis 4* ou similaire (1 nuit en demi-pension).

 

Le 2 octobre : Dilijan – Yegheguis (ENVIRON 250 KM)

Aujourd'hui vous faites la connaissance avec les Molokans. Ceux-ci sont principalement russes. Rencontre avec une famille et dégustation du thé des samovars en leur compagnie.

Les Molokans: Les « Amishs » du Caucase, les Molokans, forment une toute petite communauté parmi les minorités arméniennes. Ils sont les descendants d'une secte chrétienne russe qui fut persécutée par le régime des Tsars et notamment par Catherine II. Leur déportation en Transcaucasie découla du fait qu’ils commencèrent à réformer peu à peu les préceptes chrétiens, pour revenir à des valeurs bibliques plus fondamentales - ce qui fait d'ailleurs penser aux mouvements protestants qui ont pu secouer l'Europe occidentale.

Ensuite découverte du vieux quartier de la ville de Dilijan.

Dilijan: Elle est réputée pour la préservation de l'habitat traditionnel. Les maisons en bois sont pittoresques avec leurs balcons ouvragés et leurs fenêtres typiques, contrastant avec les blocs datant de l’époque soviétique. De célèbres intellectuels et artistes s’y réunissaient. Elle est aussi l’une des plus belles stations thermales du pays, réputée pour sa précieuse eau minérale locale.

Poursuite vers le lac Sevan, la "Perle Bleue" de l’Arménie. Déjeuner en cours d'excursion. Vous découvrez les magnifiques panoramas du lac et le cimetière de Noradouz, célèbre pour ses Khatchkars.

Sevan: Situé à 2000 m d’altitude, entouré de montagnes, il est l’un des plus grands lacs de haute montagne du monde et frappe l’imagination de par sa beauté majestueuse. Sartre et Beauvoir s’en émouvaient déjà ! Il mérite amplement que l’on s’y attarde et flâne le long de ses rives, en savourant ses panoramas aussi surprenants qu’émouvants.

Cimetière de Noradouz: Situé sur la rive ouest du lac Sevan, l'ancien village de Noradouz doit sa réputation à son célèbre cimetière de khatchkars, considéré comme le plus grand d’Arménie et le plus important du monde. Extraordinaire vestige du passé, sur un territoire de 7 hectares s'étendent à peu près 700 tombeaux médiévaux, flanqués de Khatchkars, sorte de croix en pierre gravées. L'art des khatchkars est le plus vif témoignage de l'art médiéval arménien, figurant aujourd'hui au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Façonnées entre les IXe et XVe siècles, ces fameuses pierres tombales sont des stèles sculptées dans une pierre rouge. De forme rectangulaire, elles peuvent mesurer jusqu’à deux mètres de haut. Ayant une fonction essentiellement commémorative, elles sont ornées d’inscriptions et d’images représentant les défunts. S’apparentant à des silhouettes humaines, une légende raconte qu’elles auraient repoussé l’ennemi qui voulait s’emparer dans la ville. Les plus beaux exemplaires sont exposés actuellement au musée d’Histoire de l’Arménie à Erevan.

Puis arrêt pour une petite pause gourmande dans la ville de Gavar. Passage dans une boulangerie-pâtisserie pour assister à la préparation du baklava, fameux dessert oriental. Rencontre avec une famille qui produit des variétés exceptionnelles de fromage (aromatisés au vin et au Cognac), que vous dégustez avec du "gata", dessert traditionnel. Ensuite visite du caravansérail de Selim.

Selim: Il constitue un splendide témoin d’un passé, lorsque la Route de la Soie, reliant la région de Vayots Dzor au bassin du lac Sévan, permettait de joindre la Perse à l’Occident méditerranéen. Selon une inscription gravée à l'entrée du monument, le caravansérail fut édifié en 1332 par le prince Késar Orbélian. Il s'agit d'une longue salle voûtée dont les trois travées sont séparées par une double rangée de huit piliers carrés trapus, reliés par des arcs en plein cintre. Cette salle était réservée, semble-t-il, aux hommes, les animaux étant laissés à l'extérieur. Le confort n'y était pas vraiment celui d'une auberge, l'édifice faisant sans doute office de simple halte pour les caravaniers qui y passaient la nuit ; la lumière du jour ne filtre d'ailleurs que par trois lucarnes ouvragées en stalactites et percées dans la voûte de la nef centrale, elle-même recouverte par un toit en bâtière très légèrement pentu. Cette longue salle se prolonge par une petite construction ornée de sculptures, l'élément le plus intéressant de l'édifice. Son portail est surmonté d'un tympan conique décoré lui aussi de stalactites, d'inspiration nettement seldjoukide. Sculptés de part et d'autre de la façade faite de grosses pierres volcaniques grises et orange, un taureau et une chimère gardent l'entrée du caravansérail.

Arrivée à votre hôtel situé dans la région de Yegheguis. Nuit à l’Hôtel Arevi 3* ou similaire (1 nuit en demi-pension).

 

Le 3 octobre : Yegheguis – Goris (ENVIRON 190 KM)

Route pour le site préhistorique de Karahunj.

Karahunj: Sorte de Stonehenge arménien, le site constitue l’un des plus vieux observatoires du monde (2e millénaire avant J.-C.). On compte un total de 223 pierres (étalées sur une superficie de 7 hectares) qui se tiennent debout, dont 84 furent découvertes avec des trous. Les plus grandes mesurent jusqu’à 2,8 m de haut et pèsent environ 10 tonnes. Celles-ci sont disposées dans un ordre strict, permettant ainsi d’observer les étoiles. Le nom « Karahunj » dérive de deux mots arméniens : « Kar », qui signifie « pierre » et « Hunj » qui signifie « son ». Ainsi, le nom Karahunj veut dire pierres parlantes. Cette interprétation est liée au fait que les pierres émettent des sifflements lors des jours venteux. Selon les archéologues, le site aurait 7500 ans. Les scientifiques pensent que ces monolithes sont plus vieux de 3500 ans par rapport à ceux de Stonehenge et qu’ils furent érigés 300 ans après les pyramides égyptiennes. L'endroit aurait été une nécropole entre le milieu de l’âge du Bronze et l’âge du Fer.

Poursuite vers Tatev. L'aller est effectué à bord de son vertigineux téléphérique, inscrit au Guinness Book des Records comme étant le plus long du monde.

Tatev: Son monastère est le plus important monument historique de la province de Syunik. Il fut fondé au IXe siècle à l’emplacement d’un sanctuaire ancien. Bien que classé au Patrimoine de l’UNESCO, il sert également de cadre à l’université de Tatev, l’un des plus importants établissements d’enseignement de l’Arménie médiévale. Endroit reculé et toujours relativement difficile d’accès, Tatev se dévoile uniquement aux plus courageux.

Rencontre et déjeuner chez l’habitant. Autour d’un four traditionnel arménien, vous assistez à la préparation du pain traditionnel "lavash". Au retour, vous empruntez une route de haute montagne sinueuse. Celle-ci serpente dans un canyon vertigineux aux paysages non moins impressionnants... c’est une vue à coupler le souffle qui s'offre à vous ! En route, arrêt devant le « Pont du Diable ». Chargée de calcaire, l’eau tombant en cascades a sculpté au fil du temps un décor féérique. Puis découverte du site troglodyte de Khndzoresk. Randonnée facile d'environ 1h00 dans le site.

Khndzoresk: Cette ancienne ville entièrement troglodytique, creusée dans les tufs volcaniques, fut habitée jusqu'au début du XXe siècle. Les habitations les plus anciennes remontent aux XIVe et XVe siècles. Fait étonnant, ici les maisons furent construites à une hauteur de 20-30 mètres afin de se protéger des ennemis, que les habitants rejoignaient au moyen de cordes. Les maisons étaient disposées de telle manière que le toit de l'un servait de jardin pour l'autre, et de loin le village ressemblait à une énorme maison à plusieurs étages. Khndzoresk était autrefois le plus grand village d'Arménie orientale. Bien que de nos jours cela puisse sembler difficile à concevoir, des gens vivaient encore ici il y a près de 70 ans. Les derniers habitants finirent par quitter le village au tout début du 20e siècle.

Pousuite vers Goris et installation à l'Hôtel Villa Goris 3* ou similaire (1 nuit en demi-pension).

 

Le 4 octobre : Goris - Khor-Virap – Erevan (ENVIRON 280 KM)

Aujourd'hui vous débutez par la visite du monastère de Noravank. Vous découvrez également la grotte de Noravank, où fut trouvée la chaussure en cuir la plus ancienne du monde.

Noravank: Erigé au XIIIe siècle, il est l'un des monuments les plus remarquables de l'Arménie médiévale. Situé dans une gorge profonde, où, dans la lumière du matin, l'ocre des roches danse avec celui des pierres des églises, ce monastère offre un cadre d'une beauté exceptionnelle. L’ensemble de sa superficie est fortifié par un mur et le complexe monastique comprend deux églises, un gavit, une chapelle et plusieurs khachkars (pierres à croix). L’église principale se nomme Sourp Astvatsatsin, Sainte-Mère-de-Dieu. Avec ses décorations très minutieuses, c’est la partie la plus magnifique du monastère. La chapelle Sourp Grigor, avec son style architectural modéré, abrite la tombe du prince Smbat Orbélian. La partie sud de l’ancien complexe abrite plusieurs khachkars magnifiquement sculptés avec des motifs raffinés. L’ensemble du complexe monastique comprend des chefs-d’oeuvre du peintre miniaturiste Momik et de ses élèves. Ils sont considérés comme des pièces majestueuses représentatives de l’art sculptural de la période médiévale. Le style unique de Momik était révolutionnaire en ce temps-là. Il combina soigneusement des petits détails et des motifs traditionnels arméniens avec un style qu’il emprunta au Proche-Orient. Noravank servit de résidence aux princes et plus tard aux évêques. Le monastère était aussi l’un des centres culturels et politiques les plus puissants et influents de l’Arménie médiévale. Presque tout le site fut endommagé par un tremblement de terre au XIXe siècle. Restauré par la suite, il est aujourd'hui classé par l'UNESCO.

Puis arrêt dans le village d’Aghavnadzor, renommé pour sa viticulture. Ici vous assistez à un touchant spectacle préparé par les enfants de 3 à 5 ans du jardin d’enfants du village (suivant les possibilités de l'école, ce spectacle pourra avoir lieu sinon à Goris ou Karahunj). Déjeuner en cours d'excursion. Puis visite du superbe site de Khor-Virap, la carte postale arménienne !

Monastère de Khor-Virap: Son nom signifie "fosse profonde". Il est situé sur une colline d’où s'ouvre une vue saisissante sur la montagne biblique Ararat (sous réserve de bonnes conditions météorologiques), où l'arche de Noé aurait jeté l'ancre. C’est l'un des lieux sacrés de l'église apostolique arménienne. On peut y voir la fosse qui servit de prison durant 13 ans à Grégoire l'Illuminateur durant la propagation du christianisme, le premier Saint arménien et le fondateur de l'église apostolique.

Route en direction d'Erevan et installation à l'hôtel Paris 4* ou similaire (3 nuits en demi-pension).

Erevan: Nichée derrière le Mont Ararat aux portes de la Russie, elle est la capitale de l’Arménie depuis près d’un siècle. On la reconnaît facilement à son architecture rose et à la silhouette menaçante de sa montagne en arrière-fond. Considérée comme le centre culturel et économique du pays, elle tient une place de premier choix dans le coeur des locaux. Construite en 782 avant notre ère, elle est l’une des plus anciennes villes du monde. Elle fut bâtie sous le modèle d’une forteresse militaire et fondée sur les ruines d’Érébouni, ancienne cité ourartéenne. Au début du Moyen-Âge, Erevan voit naître ses premiers monuments. La ville est alors un grand centre de commerce, assez important pour que l’on y bâtisse une première église. Elle passera ensuite entre les mains des Arabes et des Perses avant d’appartenir à la Russie au début du 19e siècle. Chacun de ces passages laissa derrière lui des traces encore visibles aujourd’hui. Ce n’est qu’en 1991, avec l’effondrement de l’Union Soviétique, que l’Arménie gagna son indépendance actuelle et qu’Erevan devint sa capitale officielle. Aujourd'hui, elle offre un véritable retour dans le passé. La plus grande ville du pays, bâtie sur sept collines, abrite une foule d’édifices somptueux nés au fil de son histoire, beaucoup datant de l’ère soviétique. La capitale se divise en 12 districts, tous possédant leur propre histoire et leur propre caractère. A pied, ne manquez pas de vous perdre dans les petites ruelles du centre pour ressentir l’atmosphère chargée d’histoire de la ville. Au fil de vos balades, vous en apprendrez plus sur les constructions en tuf, cette pierre d’origine volcanique rose qui vient orner la majeure partie des édifices d’Erevan et qui lui confère un charme exceptionnel. C’est au lever et au coucher du soleil, avec le Mont Ararat en toile de fond, que les couleurs se font les plus resplendissantes.

 

Le 5 octobre : Environs de Erevan (ENVIRON 55 KM)

Au menu ce matin, la découverte des sites de Zvartnots et Etchmiatsine.

Ruines de Zvartnots: Situées à quelques kilomètres de la capitale arménienne tout près de la ville sainte d'Etchmiadzin, ce site archéologique est inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO. Il s'agit des vestiges de la célèbre cathédrale de Zvartnots édifiée au VIIe siècle par le catholicos Nerses III, dit le Bâtisseur. Fortement influencé par l’art hellénique et romain, cet édifice en forme de rotonde fut l’un des chefs-d’œuvre malheureusement pas au tremblement de terre de 930, de très beaux vestiges demeurent cependant visibles. Elevée sur trois étages au milieu d'un centre en forme de trèfle, la cathédrale était coiffée d'une coupoule en tuiles. Ornée de bas-reliefs représentant des ceps de vignes et des grenadiers stylisées, elle abritait de nombreuses sculptures représentatives de l'art arménien et les reliques de Grégoire l'Illuminateur. A côté de cette cathédrale subsistent également les ruines du palais catholicossal qui servait autrefois aux forums et aux réceptions. Fort de sa renommée, la cathédrale de Zvartnots a servi de modèle à d'autres églises comme celle d'Ani en Turquie et fait encore aujourd'hui l'objet de nombreux travaux de restauration.

Etchmiadzin: Elle est l'ancienne capitale du royaume arménien et siège patriarcal du Catholicos. Dès 301, Vagharchapat devient le centre religieux du pays après que le Christianisme fut proclamée religion d’état, en abritant le siège du patriarche suprême de l’Eglise arménienne, le Catholicos. Une cathédrale y fut construite et porta le nom d’Etchmiadzine qui signifie « Descente du Fils Unique » en référence à la vision de Saint-Grégoire-l’Illuminateur, auquel un être terrifiant serait apparu pour lui indiquer l’emplacement de la cathédrale.

Déjeuner en cours d'excursion. Ensuite visite du temple Yezidi de « Taousse Malak et les 7 anges ». Il s'agit du plus grand temple yezidi dans le monde, construit en 2019. Les Yezidis sont une communautés importante d'Arménie. Leur culte se rapproche au zoroastrisme et reste l’un plus mythiques. Puis découverte du musée et du mémorial du Génocide Arménien.

Medz Yeghern: « Medz Yeghern », la Grande Catastrophe, c’est ainsi que les Arméniens nomment l’inqualifiable génocide de 1’5000’00 des leurs par les turcs, entre 1915 et 1922. Génocide qui n’est pas toujours reconnu par Ankara, voir même nié. Le musée-mémorial propose de vous faire découvrir humblement cette page tragique de l’histoire arménienne, pour que jamais de telles horreurs ne tombent dans l’oubli ni ne se reproduisent. Le 24 avril de chaque année, tous les arméniens qui le peuvent viennent y déposer des fleurs, en souvenir de leurs, pères, mères, frères, soeurs et enfants disparus lors de cette tragédie.

 

Le 6 octobre : Erevan et ses environs (ENVIRON 92 KM)

Le matin, tour de ville de la capitale. Vous découvrez tour à tour la place de la République, l'esplanade, la place de l’Opéra et l'opéra Jazzve. Vous arrivez ensuite devant la fontaine de Botero et ses statues, avant de visiter le musée d’Histoire.

Musée d’Histoire de l’Arménie: Du néolithique jusqu’à nos jours, plus de 3’000 ans d’histoire et de culture arméniennes sont représentés par plus de 160’000 pièces de grande valeur scientifique. On peut y voir des armes de l’âge de pierre, des objets décoratifs ou rituels en bronze ou en fer, et même deux chars en bois reconstitués datant du Xe siècle avant notre ère découverts sur les rivages du lac Sevan. Mais c’est le royaume d’Ourartou, dont la capitale était Tushpa près du site d'Amonpot, dans la région du lac de Van (actuellement en Turquie) qui fournit les pièces les plus intéressantes relatives à l’antiquité arménienne : des armes, des objets usuels, des bijoux dont de ravissantes boucles d’oreilles en or, ainsi que des statuettes. Des pièces de l'époque hellénistique figurent aussi dans la collection du musée, avec une reproduction de l'élégante statue de la déesse Anahit, dont l'original se trouve au British Museum de Londres. La section ethnographique expose des objets plus récents racontant l’histoire et les coutumes des provinces arméniennes : costumes folkloriques, tapis, instruments agricoles, objets d’artisanat… Le musée s’est enrichi à la fin des années 1980 de superbes objets découverts sur le site de Karachamb, dans l'Arménie centrale, qui témoignent du degré de civilisation avancé des populations qui ont vécu dans ces régions au XXe siècle avant notre ère.

Ensuite visite du temple païen de Garni.

Garni: Sa forteresse restaurée s’étend sur 300 m. Elle est enrichie d'un temple païen de style hellénistique, le seul de tout le pays, dédié au dieu du soleil Mithra. Résidence de villégiature des rois arméniens, le temple fut construit sous le roi Tiridat Ier au IIIe siècle. Ce monument en basalte est composé de 24 colonnes ioniques. On peut voir également les restes d’un palais et d'un bain royal fait de mosaïques colorées.

Déjeuner en cours d'excursion. L'après-midi, départ vers le monastère de Gueghard. Sur place, vous assistez à des chants a cappella (minimum 10 participants).

Monastère de Guéghard: Erigé au XIIIe siècle, il représente l’architecture médiévale à son apogée. D'après une légende, ce monastère, d'abord dit Ayrivank (monastère rupestre) fut renommé Guéghard (Sainte Lance). Cette lance dont un soldat romain aurait transpercé le corps du Christ crucifié est conservée à présent comme une relique sacrée dans la cathédrale d'Echmiatsine.

Retour à Erevan.

 

Le 7 octobre : Erevan - Vienne - Genève

Dans la nuit, transfert à l'aéroport d'Erevan. (heure de départ confirmée la veille par votre guide). 04:45 Départ de Erevan (vol OS 642) Zvartnots International Airport (EVN) Vol: Austrian Airlines, OS 642. Classe: Economique. 06:30 Arrivée à Vienne. 07:10 Départ de Vienne (vol OS 571). Vol: Austrian Airlines, OS 571. Classe: Economique. 08:45 Arrivée à Genève.

 

Notre offre comprend :

  • Vol international de Genève à Tbilissi et d'Erevan à Genève (via Munich / Vienne) avec les compagnies aériennes
  • Lufthansa et Austrian Airlines, classe économique,
  • Taxes d’aéroport et hausse carburant (valeur CHF 205.-, mars 2021),
  • Transferts de/aux aéroports,
  • Circuit en minibus ou autocar climatisé selon programme,
  • 12 nuits dans des hôtels de bonne catégorie moyenne à supérieure,
  • Pension complète du petit-déjeuner du 2e jour au dîner du 12e jour,
  • 1 bouteille d'eau par personne par jour,
  • Toutes les visites, entrées et dégustations selon programme,
  • Guide local francophone durant tout le circuit,
  • Documentation de voyage détaillée.

 

Notre offre ne comprend pas :

  • Boissons, pourboires et dépenses personnelles,
  • Assurances obligatoire multirisques (EUROPEENE Assurances Voyages SA).
  • Frais de dossier (CHF 70.-).

Prix en chambre double par personne, abonné :                                  CHF   2'775.-

Supplément en chambre individuelle :                                                CHF      470.-

Supplément non-abonné :                                                                 CHF      100.-

 

Minimum 10 personnes, maximum 18 personnes

 

Important : les tarifs mentionnés sont les prix du jour. Ils sont variables en fonction des taux de change en vigueur au moment de la réservation définitive.

 

Afin de réduire l’impact du coronavirus sur la planification de vos prochaines vacances, nous avons rendu nos conditions de réservation pour les voyages 2021 plus flexibles. Nos conditions « sérénité » vous permettent de réserver dès aujourd’hui votre voyage, sans prendre de risque financier, et vous donnent le droit de changer d’avis jusqu’à J-45 avant votre départ. La facture de confirmation vous sera envoyée à J-46, au moment de votre inscription définitive. Si le voyage prévu n’est pas réalisable, nous vous offrirons la possibilité d’effectuer le voyage réservé à des dates ultérieures.